lun. Avr 15th, 2024

Pour tout homme, la capacité de procréer est l’une des fonctions les plus importantes. Les particularités de la psychologie d’un homme sont telles que tout problème avec la sphère sexuelle a un impact extrêmement négatif sur son état émotionnel et même physique, provoque du stress et des problèmes dans les relations. Les troubles de la puissance ne sont pas toujours à l’origine de maladies graves du tractus génito-urinaire ou de violations de la synthèse des hormones sexuelles. Affecter de manière significative les mauvaises habitudes, le stress, le comportement du partenaire et le traumatisme psychologique infligé.

Psychologie masculine : quelles sont les caractéristiques

Psychologie masculine : quelles sont les caractéristiques

Pour les femmes comme pour les hommes, les questions liées à la vie personnelle sont très importantes. Cependant, la psychologie masculine a ses propres spécificités. Leur puissance à part entière est clairement liée à la conscience de soi en tant qu’homme fort, un mâle. Les désordres dans une zone aussi délicate conduisent à l’insécurité, à l’isolement et aux complexes, ce qui aggrave encore le problème.

Les particularités de la psychologie des hommes sont que les problèmes de puissance pour eux équivalent à l’infertilité, à l’incapacité de procréer. Tous les ratés, surtout s’ils se répètent plus d’une fois, sont perçus durement et vivement, surtout si un homme recherche l’attention des femmes ou est connu comme un coureur de jupons. C’est souvent la psychologie masculine qui sous-tend les problèmes d’intimité, et le traitement doit être effectué non pas par un urologue, mais par un psychothérapeute. Mais aller chez le médecin pour un homme est déjà une étape sérieuse.

Problèmes de puissance : qu’est-ce que la dysfonction érectile ?

Aujourd’hui, le terme obsolète et pas tout à fait correct « impuissance » a été remplacé par le concept de dysfonction érectile, qui reflète plus précisément l’essence des changements en cours. Ils appellent cela l’incapacité d’un homme à une érection à part entière et son maintien à long terme, ce qui est nécessaire pour un rapport sexuel à part entière. Un trouble de la puissance est également considéré comme une condition dans laquelle sur 4 à 5 rapports sexuels, même un seul ne peut pas être pleinement réalisé.

Mais il convient de noter que même chez un homme en bonne santé, la puissance dépend de manière significative de facteurs externes et internes. De rares épisodes de « ratés » sont tout à fait acceptables et ne sont pas liés à la dysfonction érectile. Ainsi, les maladies somatiques graves et les infections, l’intoxication alcoolique affectent de manière significative, la puissance souffre en raison de la fatigue ou du stress aigu. Vous ne devriez pas vous attarder sur de tels problèmes – c’est tout à fait normal. Une autre chose est s’il s’agit d’un homme jeune et en bonne santé, sans problèmes au travail, pas fatigué et voyant devant lui un objet extrêmement attrayant du sexe opposé, mais en même temps ne connaissant pas d’érection.

Le rôle des hormones et de l’influx nerveux dans l’excitation sexuelle

L’excitation sexuelle nécessaire à la mise en place ultérieure de l’intimité est une chaîne longue et complexe d’impulsions et de signaux générés par les hormones sexuelles et le système nerveux. L’essence du processus est inchangée chez les animaux et les humains, mais les relations humaines sont fortement influencées par le cadre imposé par la civilisation.

Le rôle principal est joué par les hormones qui assurent le plein fonctionnement de la sphère reproductive, et le cerveau, qui perçoit les impulsions des organes de la vision, de l’ouïe et de l’odorat, les sensations tactiles. Si un homme a un désir d’intimité, les hormones sexuelles sont activées, ce qui « excite le mâle ». Afin de démontrer franchement ses intentions, le cerveau déclenche des changements dans la circulation sanguine avec un afflux de sang vers les organes génitaux et le développement d’une érection.

Lorsque la chaîne harmonieuse « cerveau – hormones – modifications de la circulation sanguine – érection » est rompue, la dysfonction érectile se développe. Par conséquent, le problème peut résider dans chacun de ces liens. Alors, même avec un fort désir, l’homme n’aura pas d’érection et la capacité de copuler.

Causes de dysfonctionnement : maladies

Causes de dysfonctionnement : maladies

Parmi toutes les causes, on distingue séparément les maladies et les affections qui peuvent affecter négativement la puissance, entraînant de graves troubles de la vie sexuelle. Tous les problèmes associés à la dysfonction érectile sont conditionnellement divisés en organiques et fonctionnels. Un groupe de causes organiques sont des maladies graves d’un homme qui interfèrent avec la conduction d’une impulsion du cerveau au petit bassin et une modification de la circulation sanguine dans la région génitale. Il s’agit de processus athérosclérotiques dans la région vasculaire, de la présence d’obésité et de diabète sucré, du syndrome parkinsonien, de la sclérose en plaques ou de manifestations de la maladie de La Peyronie.

La puissance peut être affectée par les médicaments pris pour traiter certaines maladies ou infections somatiques. La dysfonction érectile peut résulter de blessures au dos et au périnée, au bassin ou aux organes génitaux. Les mauvaises habitudes – la consommation systématique d’alcool avec le tabagisme – affectent négativement la puissance.

Le rôle du stress, du surmenage, de la dépression

Non moins importantes sont les influences purement psychologiques qui poussent le cerveau d’un homme à bloquer les fonctions sexuelles. Affecte de manière significative le stress, à la fois physique (surmenage, manque constant de sommeil, travail physique pénible) et psychologique. Avec des troubles constants au travail, des conflits et des problèmes dans le couple, le stress supprime l’activité cérébrale liée à l’intimité. Les hormones de stress ont un effet inhibiteur, le corps comprend que maintenant la situation est totalement inadaptée à la copulation et à la reproduction.

La cause de la dysfonction érectile peut être des névroses et tout un tas de complexes formés lors de contacts et d’échecs sexuels antérieurs. Les paroles et les comportements humiliants ou offensants sont affectés négativement, en particulier de la part d’un partenaire. Une peur constante des ratés et de l’échec, un doute de soi et une violation de la connexion entre le cerveau et les organes génitaux se forment. Au niveau du cerveau, un cadre pathologique se forme « excitation – incertitude – pas d’érection ».

Un tel problème n’est pas rare et souvent, une fois qu’il est survenu, il est résolu par des discussions ultérieures avec des amis et des connaissances sur leurs exploits. Souvent, les comparaisons ne sont pas en faveur d’un homme qui a des problèmes, puis les complexes ne font que s’intensifier, des attitudes psychologiquement incorrectes sont fixées. Souvent, le doute de soi se forme avec l’âge, les changements corporels et la prise de poids, lorsque le reflet dans le miroir n’apporte pas de satisfaction.


Lire aussi:
Repas du soir pour mincir
Velo combien de temps pour perdre du poids
Produit pour maigrir c9 forever
Régime laitue, beauté et harmonie
leçons d’anglais
Perdre 500 calories par jour sport
Recette pour une simple soupe de champignons de Paris surgelés
Creme veines jambes
Séchage pour la perte de poids, les règles de nutrition et les exercices
Menu d’été, recettes pour une chaude journée
Pourquoi la température augmente t elle avant la menstruation, la norme et le symptôme de la maladie
J ai perdu 30 kilos
Comment perdre l’intérieur des cuisses sans sport
Yazio perte de poids
Comment sortir du jeûne
Combien de kilos on peut perdre en 1 mois
Force dans les jambes, Ayurveda et massage des pieds
Maigrir sans cardio musculation
Exercice pour perdre du ventre tres rapidement
Le massage amincissant est il efficace